Le safran est constitué par le pistil de la fleur du crocus sativus. Avant de pouvoir apprécier ses saveurs uniques , il y a plusieurs étapes à respecter. Il faut s'armer de patience (et d'huile de coude). En effet, la majeure partie de la culture de safran se fait manuellement, cela implique une grande charge de travail.

 Nous avons opté pour une méthode de culture respectueuse de l'environnement. Nous n'utilisons aucun engrais chimique et le desherbage se fait manuellement.

 



Notre méthode de culture repose sur la technique du BRF (bois raméal fragmenté). Il s'agit de broyer des branches d'arbre feuillus (moins de 8cm de diamètre) et d'épandre ce broyat sous forme de paillis sur la safranière. La cellulose dont sont constituées ses branches broyées va etre progressivement colonisée par un mycélium qui va servir de nourriture aux vers de terre mais aussi à de nombreux insect et à toute une micro faune qui va etre attirée en abondance par ces champignons. Le sol se trouve alors à la foi aéré et nourri par la création d'humus.


 

Nous faisons notre BRF nous meme en broyant une fois dans l'annee les branches d'arbres que je collecte lorsque je fais mon bois de chauffage ou lorsque j'élague des arbres. Le BRF possede également un role de regulateur d'humidité en agissant comme une éponge, il absorbe l'eau lorsqu'il y a trop de précipitation, et la restitue lorsque  le sol est sec. En paillis il limite la pousée des adventices.

 

 Mais avant d'en arriver là, il faut d'abord planter les bulbes, c'est la seule partie de la culture de safran qui est partiellment mécanisable. Aprés un labour du terrain, nous avons utilisé un motoculteur pour creuser un sion d'environ 15 cm de profondeur. Les bulbes y sont disposés à 10 cm d'interval, puis le sion est refermé à l'aide d'un rateau. Ce travail s'effectue de maniere général entre début juillet et la mi-aout. Le crocus de safran se reproduit végétativement, aprés la fleuraison le bulbe mère va laisser place à 5 ou 6 bulbilles qui vont prendre entre 3 et 4 ans pour arriver à maturité. Les bulbes se multiplient donc de facon exponentielle, ce qui nécéssite donc de régulierement ressortir les bulbes (avec une beche) et de les réespacer afin d'éviter l'étouffement de la safranière.

 

Du printemps à l'automne, il faut veiller au désherbage qui lui aussi s'effectue manuellement, et selon que la saison soit sèche ou humide il peut y avoir de grandes variations quant à la quantité de travail à fournir. Il faut également s'occuper de l'installation du BRF: collecte des branches, broyage, transport (1h de route) et épandage.  Tout au long de l'année il faut également etre extremement vigilant par rapport aux ravageurs, en effet, les rongeurs et plus specialement les mulots, peuvent dévorer plusieurs milliers de bulbes en quelques semaines. En 2012 nous avions perdu plus de 3000 bulbes ainsi (apprendre de facon autodidacte se paye pafois tres cher). Depuis nous avons investi dans quelques pieges, et nous favorisons la presence de rapaces en plantant des piquets de vigne qui leur sert de perchoir.




Enfin en octobre arrive le moment tant attendu, la floraison et donc la récolte. C'est toujours avec émotion que l'on voit apparaitre les premières fleurs qui donne le coup d'envoi pour 4 ou 5 semaine de folie. Les fleurs doivent etre cueuillies dés les premiers rayons et le plus rapidement possible, avant qu'elles ne s'ouvrent et laissent ainsi le soleil atteindre le pistil. UN excés de soleil sur le pistil peu dégrader la qualité du safran.

Une fois cueuillies les fleurs doivent etre émondées, une par une, afin de prélever les pistils. Et c'est là qu'intervient la délicate phase du sechage. C'est à ce moment là que se détermine la qualité d'un safran, et il n'y a pas droit à l'erreur. Le pistil va alors perdre autour de 80% de son poids , s'il n'est pas assez seché il va moisir, s'il est trop seché il va perdre toute sa qualité gustative.Il existe différentes facon de secher le safran, nous avons opté pour un sechage avec un deshydrateur à végétaux.

Cette periode de récolte est assez particuliaire car le safran ne nous laisse pas de temps pour autre chose, il nous est arrivé de faire les 35h en deux jours, mais malgré la charge de travail ce moment tant attendu nous gonfle de bonne humeur, car la récompense d'une année de travail est enfin là.